Baptiste DERONZA, étudiant en 4ème année à l'EPF Montpellier, en action pour la recherche ! | EPF Ecole d'ingénieurs

Baptiste DERONZA, étudiant en 4ème année à l'EPF Montpellier, en action pour la recherche !

Publié le 11/12/2019

Baptiste DERONZA, étudiant en 4ème année à l’EPF au sein de la majeure "Energie et Environnement" sur le campus de Montpellier, réalise son stage d'élève ingénieur dans les laboratoires de l’IMT Mines Alès. Son travail porte sur l’étude de matériaux type hydrogels pour la récupération et la valorisation des métaux.

Contexte du stage

Suite à l’Unité d’Enseignement "recherche et innovation" dispensée à l’EPF en 3ème année, Baptiste a fait le choix d’orienter son stage d'élève ingénieur de 4ème année vers les métiers de la recherche. Une bourse de stage allouée par la direction de la recherche et de l’innovation de l’EPF a rendu cette expérience possible. L’étudiant travaille avec Julia MOUTON (enseignante, membre de la Cellule IPN, chercheure Axe 2 et co-responsable de la Majeure Energie & Environnement) sur le thème de la gestion durable des ressources métalliques et est accueilli à l’IMT mines Alès aux côtés d’Eric GUIBAL et de Thierry VINCENT.

Sujet du stage

Le projet cible l’étude de polymères chargés en solution (polycarbobétaines-PCBets) et leurs interactions avec les métaux (cuivre et/ou cadmium), afin de développer des procédés de traitement des déchets ultimes assurant l’extraction et la valorisation des métaux. Les résultats obtenus ces dernières années démontrent une forte capacité d’absorption du cuivre, une forte sélectivité vis-à-vis de ce dernier, et ce au fil des cycles de régénération des PCBets. Le potentiel d’application des matériaux dans des procédés durables a été démontré et a fait l’objet de plusieurs publications. Si les PCBets étudiées jusqu’ici se présentaient sous des formes hydrosolubles, le stage de Baptiste porte sur l’étude de ces mêmes matériaux sous forme d’hydrogel et cible la récupération du cadmium.

Témoignage

"J’ai intégré l’EPF sur concours après avoir fait 2 ans de classes préparatoires aux grandes écoles.
Je me suis naturellement dirigé vers un stage de recherche en laboratoire afin d’
avoir un aperçu autant théorique qu’expérimental de ce milieu. En effet, si la prépa m’a appris à souvent faire preuve d’abstraction, ce stage m’offre la possibilité de travailler sur une étude concrète notamment via la mise en place d’expériences.
J’ai beaucoup apprécié l’ambiance de travail qui alliait rigueur et bonne humeur."