L'EPF Ecole d'ingénieur-e-s présente à la Conférence G7 France - UNESCO

Publié le 26/08/2019

Le 5 juillet dernier, Liliane DORVEAUX (adjointe à la Direction du campus de Montpellier, et co-fondatrice du réseau INWES Europe - International Network of Women Engineers and Scientist) a été invitée à participer à la Conférence internationale G7 France-UNESCO sur le thème "Innover pour émanciper les filles et les femmes par l’éducation", au Siège de l’UNESCO. Cette conférence a eu lieu en présence de Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, de Jean-Michel BLANQUER, Ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, d’Audrey AZOULAY, Directrice générale de l’UNESCO, d’Emmanuel MACRON, président de la République, et la participation exceptionnelle de Malala YOUSAFZAI, lauréate du prix Nobel de la paix.

Le contexte de la conférence

Lors de cette conférence, le contexte posé par la communauté internationale est sans appel : malgré les progrès considérables réalisés pour combler les écarts entre les filles et les garçons dans le domaine de l’éducation, 132 millions de filles ne sont toujours pas scolarisées. Elles sont encore trop nombreuses à se heurter à des barrières érigées par la pauvreté, la violence sexiste, les mariages et les grossesses précoces, les conflits ou les normes restrictives liées à leur genre. Les systèmes éducatifs reproduisent souvent les inégalités de genre plus qu’ils ne les remettent en cause.

Par conséquent, des millions de filles abandonnent l’école ou ne parviennent pas à acquérir une éducation de base. Deux tiers des adultes illettrés sont des femmes, proportion inchangée depuis les vingt dernières années…

Cette conférence internationale organisée par la présidence française du G7, en collaboration avec l’UNESCO visait à présenter sa nouvelle initiative "Son éducation", qui doit encourager la coopération internationale autour de trois piliers principaux : de meilleures données, de meilleures politiques et de meilleures pratiques pour l'autonomisation des filles et des femmes par l'éducation :

  • Mettre en lumière des initiatives et solutions innovantes pour améliorer l’accès des filles et des femmes à une éducation de qualité et offrir des opportunités d’apprentissage indispensables pour leur vie et leur carrière professionnelle ;
  • Offrir un espace pour de nouvelles collaborations afin de faire progresser l’émancipation des filles et des femmes dans et par l’éducation ;
  • Encourager une action collective afin d’atteindre les engagements de l’Agenda 2030 en faveur de l’éducation des filles, de l’émancipation des femmes et de l’égalité de genre.

Le Ministre de l’Education a souligné 5 axes majeurs sur lesquels travailler pour améliorer la condition féminine, surtout auprès des jeunes générations :

  • Sensibiliser les élèves à la culture de l’égalité
  • Former l’ensemble des personnels aux enjeux de l’égalité des genres
  • Transmettre aux jeunes une culture de l’égalité
  • Lutter contre les violences sexistes et sexuelles
  • S’orienter vers une plus grande mixité des filières de formation

Car comment un pays peut tirer son épingle du jeu si la moitié de sa population est mise de côté ?...

Au-delà de l'école, l'inégalité des chances persiste dans les cursus techniques et professionnels qui restent des bastions masculins. Un quart seulement des personnes inscrites dans les cursus d'ingénierie ou dans les technologies de l'information et de la communication sont des femmes. Face à ces défis, l'UNESCO lancera un nouvel Atlas interactif mondial sur le droit des filles et des femmes à l’éducation, un outil de suivi et de plaidoyer, qui vise à faire connaître au public l'état des législations nationales en matière d’éducation.

L’intervention de Malala YOUSAFSAI, Prix Nobel de la Paix, particulièrement émouvante, a été accueillie avec beaucoup de chaleur et d’enthousiasme.