Clara Krys, de l’EPF aux économies d’énergie | EPF Ecole d'ingénieurs

Clara Krys, de l’EPF aux économies d’énergie

Publié le 14/10/2021

Diplômée de l’EPF Montpellier en 2016, Clara Krys n’a pas perdu de temps. A 31 ans, elle vient de lancer son entreprise spécialisée dans l’évaluation de la performance des travaux de rénovation énergétique. Entretien avec une jeune entrepreneuse bien décidée à relever les défis de demain.

Quel est votre parcours d’études précédant votre entrée à l’EPF ?

J'ai obtenu un baccalauréat scientifique au lycée Montaigne à Paris. J’ai effectué deux années de médecine avant de me réorienter vers une école d’ingénieurs. Des amis m’avaient conseillé l’EPF. J’ai passé les tests d’admission et j’ai été prise à l’EPF de Sceaux pour effectuer ma formation d’ingénieur généraliste.

Quels souvenirs gardez-vous de la pédagogie prônée au sein de l’école ?

Quand on est attiré par les sciences mais qu’on ne sait pas vraiment ce que l’on veut faire plus tard, le tronc commun proposé par l’EPF est idéal. On prend vraiment le temps de voir tout le champ des possibles. Et au fur à mesure, on se spécialise. C’est pourquoi je me suis spécialisée en 4e et 5e année vers une majeure énergie et environnement dans le cadre de mon cycle master qui m’a conduit à changer de campus direction Montpellier.

« Les stages sont déterminants »

Quels sont les atouts du cursus selon vous ?


Au-delà des cours magistraux en amphi, l’enseignement privilégie le travail collaboratif par des travaux pratiques en petit groupe. Il y a également une vraie mise en réseau avec des professionnels de différents secteurs d’activité. Des ingénieurs en poste voire des anciens élèves viennent régulièrement participer à des workshops. Les stages sont également déterminants. J’ai eu la chance d’effectuer mon premier stage à l’étranger au ministère de la Protection environnementale à Jérusalem. Puis j’ai réalisé un stage chez Starburst Aerospace Accelerator, un cabinet de conseil dédié aux startups du secteur aéronautique, spatial et défense.

Que pouvez-vous dire en termes de vie étudiante à Montpellier ?


C’est un environnement très étudiant et très friendly, avec la mer et la montagne à proximité. Il y a vraiment un autre cadre de vie et un autre rythme de vie qui nous permettent de lier l’utile à l’agréable. J’en garde un magnifique souvenir. C’est vraiment idéal pour bien mener ses études, d’autant plus que le campus est situé en plein centre-ville. La vie étudiante est assez riche, que ce soit culturellement ou sportivement. Pour ma part, j’étais présidente de l’association EPF Boutique. On faisait faire des pulls, des sacs et autres goodies au nom de l’école que l’on revendait. Cela fonctionnait comme une intra entreprise. Au-delà des ventes, il y avait toute la logistique et la communication à gérer. On vendait nos produits dans tout le réseau EPF.

« L’entrepreneuriat, c’est dans mes gênes »

Avez-trouvé un emploi à l’issue de l’obtention de votre diplôme ?


Après mon stage de fin d’études, j’ai été diplômée en décembre 2016. En parallèle, je me suis mariée et j’ai eu un enfant en juillet 2017. Etant donné que j’étais enceinte, je n’ai pas travaillé la première année. Puis je suis entrée chez Bouygues Energie Services dans un bureau d’études. C’était très figé et très protocolaire. J’ai donc bifurqué au bout d’un an chez Accenture au sein d’un cabinet de conseil plus innovant avec des missions variées. J’y suis restée trois ans avant d’intégrer PwC, un cabinet de conseil en systèmes d’information.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?


J’ai vécu une véritable remise en question en mars 2020 dès le début de la crise sanitaire. On se demandait ce qu’on allait faire. Mon mari, qui est dans l’aéronautique, connaissait une baisse d’activité. C’était l’occasion de se lancer dans la création d’une entreprise que l’on a appelé Liel, en référence aux prénoms de nos enfants, Elina et Liam. Il s’agit d’une société spécialisée dans l’évaluation de la performance des travaux de rénovation énergétique tels que les travaux d’isolation. Après la labellisation de la COFRAC, nous pouvons désormais intervenir dans le domaine des Certificats d’économie d’énergie. C’est un secteur porteur au sein duquel l’Etat fait tout pour éviter certains abus. Il nous a fallu un an avant de devenir inspecteur accrédité.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?


Pour l’heure, je mène ce projet d’entreprise en parallèle de mon poste chez PwC. Et dès que ça décollera davantage, je m’y mettrais à plein temps. Ce projet correspond à mes attentes. L’entrepreneuriat, c’est dans mes gênes. Il y a beaucoup d’entrepreneurs dans ma famille. Travailler en faveur de la transition énergétique fait sens avec mon parcours et ma formation. J’ai toujours eu une sensibilité pour ces sujets-là. J’espère pouvoir un jour recruter et pourquoi pas proposer des stages ou des postes à des étudiants de l’EPF pour faire monter en compétences des assistant(e)s ingénieur(e)s.

Pour plus d'informations ↦ Liel - Engineering inspection CEE