Journée de la tolérance : rencontre avec Stefan Seiler, référent à l'EPF | EPF Ecole d'ingénieurs

Journée de la tolérance : rencontre avec Stefan Seiler, référent à l'EPF

Publié le 16/11/2021

À l'occasion de la journée de la tolérance, nous avons demandé à Stefan Seiler, référent Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine Anti-LGBTQI+ d'évoquer l'importance de son rôle et de nous en dire plus sur ses missions. 

 

Peux-tu présenter ton rôle et tes missions en tant que référent ?

L’école s’est dotée, en 2016, d’un Référent Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine Anti-LGBTQI+. Cette fonction, dont la mise en place a été encouragée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, est le résultat d’un constat alarmant : depuis quelques années le nombre d’actes antisémites, racistes et LGBTQI+- a fortement augmenté et nous devons donc sensibiliser les jeunes générations à la nécessité de combattre ce fléau et au vivre ensemble. Nous devons interroger et faire réagir les jeunes générations là où elles se trouvent : dans les écoles et dans les universités.

Mon rôle est donc d’informer nos trois communautés (étudiants, enseignants et personnel), de les sensibiliser et être à leur écoute sur l’ensemble des questions qu’elles peuvent se poser dans le cadre de la lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine Anti-LGBTQI+.

Quel public dois-tu sensibiliser : la communauté étudiante ou le personnel de l’école ?

Les actions concernent l’ensemble des 3 communautés de notre école : nos étudiants, nos enseignants et nos personnels administratifs. Nous devons tous être conscients que la lutte contre les discriminations engage chacun de nous et que chacun peux y contribuer. En étant attentif à son voisin, en alertant, en s’informant.

Souvent j’attends la phrase « Je ne suis pas raciste », mais le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBTQI+ trouvent leur expression souvent dans des propos anodins, des gestes non-réfléchis ou encore des blagues. Tout le monde doit donc être vigilant aux comportement des autres mais surtout au sien.

 

Comment faire pour sensibiliser les élèves et prévenir les phénomènes de harcèlement et de haine ?

Pour sensibiliser les élèves à la question des stéréotypes et des discriminations, de nombreuses actions peuvent co-exister.

À l’EPF nous informons les membres de nos 3 communautés à l’aide d'e-mailings ou de newsletters et nous leur présentons les dernières formations et autres outils mis à disposition par les différents acteurs publics ou associatifs dans le domaine de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme ou la haine-anti LGBTQI+.

Nous les informons également du cadre légal et des numéros à contacter s’ils deviennent eux même victimes ou témoins de propos/comportements inappropriés.

Chaque année, en mars, nous organisons, avec les associations de l’EPF, une Semaine dédiée à la Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine Anti-LGBTQI+ où sont proposées des conférences autour d’une personnalité experte dans ce domaine, ainsi que de nombreuses petites actions, organisées par les associations de l’EPF, comme des quizz, des films, des vidéos, des expositions, des interviews, des créations artistiques, etc.

Nous travaillons beaucoup avec le BDE et l’UVA, mais surtout l’association Egaliphi qui constitue un relai très important vers les élèves dans le domaine des questions du genre et de la discrimination. Nous travaillons également avec l’association EPF Eloquence car il nous a paru très important de démontrer que les discriminations commencent souvent par des paroles avant de se traduire en actes. Je suis touché que, depuis la création de ma fonction, de plus en plus d’étudiants sont venus me voir pour proposer des actions de sensibilisation car ils ont ressenti l'envie de s’impliquer et de nous accompagner.

L’engagement de chacun est très important car la Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine-Anti-LGBTQI ne peut malheureusement pas se résumer à l’action d’un référent mais nécessite l’engagement de chacun au quotidien. Et, en principe, j’aurais ironiquement réussi ma mission le jour où on n’aura plus besoin de moi.

Que dirais-tu à un élève qui hésite à venir te voir en cas de problème ?

Je lui dirai qu’il ne faut surtout pas hésiter ! Ma porte est ouverte à chaque étudiant et très souvent le premier pas pour aider à mettre un terme à une situation potentiellement discriminante c’est d’en parler et de trouver une oreille attentive.

Un étudiant victime d’une discrimination ou témoin trouvera toujours auprès de moi un espace de discrétion et d’écoute pour en parler librement. Ensuite nous discuterons ensemble des prochaines étapes à envisager car parfois on peut mettre un terme à une situation de façon immédiate, parfois des mesures complémentaires doivent être entreprises avec l’aide d’autres structures compétentes. J’aimerais aussi encourager l’ensemble de nos élèves à faire preuve de courage et à intervenir lorsqu'un camarade raconte des blagues un peu douteuses ou qu'un autre propage des stéréotypes autour de lui. Parfois il suffit de dire « Stop ! » pour faire réfléchir l’autre sur son comportement. J'invite également l’ensemble de nos étudiants, enseignants et collègues à faire de la découverte de la diversité un véritable moment de plaisir. Ainsi, nos étudiants me disent souvent qu’un simple café avec un étudiant international ou encore une mobilité dans un autre pays a pu changer l’idée entière qu’ils se faisaient d'une personne ou d'un pays.

Contact :

Stefan Seiler

stefan.seiler@epf.fr 

 

Merci !