FAQ _ réponses aux parents | EPF Ecole d'ingénieurs

FAQ _ réponses aux parents

L’EPF école d’ingénieur.e.s répond aux questions fréquemment posées par les parents de nos élèves.

Les questions ci-dessous ont été posées lors de la rencontre virtuelle avec le directeur organisée par Teams le 1er octobre dernier, ou pendant les live campus organisés tout au long de l'année 2020-2021.

N’hésitez pas à adresser vos questions à communication @ epf.fr, nous mettrons cette page à jour mensuellement.

 

Rubrique : International

Le volume horaire de langues en 1re année me paraît insuffisant pour une école qui souligne autant l'international ?

Nos élèves de cycle licence suivent un minimum de trois heures de cours de langues par semaine, une heure et demie d’anglais et une heure et demie d’une deuxième langue étrangère. En complément de ce travail en présentiel, les professeurs demandent aux élèves de fournir un travail soutenu et régulier en autonomie afin d’atteindre le maximum de leurs capacités. Nous avons une équipe de plus de 40 professeurs, tous de langue maternelle et très motivés pour accompagner leurs élèves.

Le niveau d’anglais des élèves à l’EPF est élevé. (890 points en moyenne au TOEIC pour la promotion 2020 sachant que le score minimum exigé par la CTI est 785 points). La grande majorité des élèves ne rencontre pas de difficultés pour travailler ou étudier lors des stages ou semestres d’études effectués à l’international. Cependant, pour pallier les besoins de chaque élève, nous avons mis en place un système de tutorat. Un professeur anglophone est disponible 4 jours par semaine, directement dans l’espace langues (ou par visioconférence) pour aider tout élève qui souhaiterait bénéficier de cours supplémentaires, ou qui aurait besoin d’aide, par exemple, pour rédiger un CV en anglais ou améliorer son expression orale. Enfin, les élèves qui ont un niveau bien en dessous du niveau B2 (CERCL) ont l’obligation de faire des séances supplémentaires, régulières en individuel ou en mini groupe pour rattraper leur retard.

 

Quelle est la place des langues à l’EPF ? Y a t-il des cours délivrés en anglais ?

La maîtrise des langues, et de l'anglais en particulier, s'inscrit aujourd'hui au rang des compétences professionnelles incontournables. Nos ingénieurs doivent savoir communiquer couramment en anglais et souvent dans d’autres langues étrangères. Par conséquent, l’école accorde une place importante aux langues. Pendant le cycle Licence, les élèves ont l’obligation de suivre deux langues étrangères. Ils ont la possibilité d’éventuellement en débuter une nouvelle, soit en LV2 soit en LV3. L’accent est mis sur la langue professionnel.

L’obtention du diplôme d’ingénieur en France est conditionnée par la validation d’un niveau minimum de B2 en anglais sur l’échelle européenne. Notre école, en commun avec la plupart des grandes écoles en France, cible un niveau avancé (C1) pour les élèves, avec un niveau minimum de B2+ exigé pour l’obtention de diplôme, ce qui correspond à un score de 815 au test international de TOEIC. La promotion 2020 de l’EPF a obtenu un score moyen de 890 !

En ce qui concerne la LV2, le niveau B1 doit être validé par tous les élèves à la fin du 1er cycle par un examen oral devant jury. Pour les élèves qui débutent une LV2 à EPF, le niveau A2 valide la LV2.

De plus en plus de nos cours scientifiques et autres sont délivrés en anglais.

En cycle majeure, les élèves peuvent choisir de suivre l’une de nos majeures entièrement enseignées en anglais : Engineering and management, Data Engineering, Energie et environnement, MSc Innovation, Creativity, Entrepreneurship. Aussi, les élèves de notre campus de Troyes peuvent choisir un cursus enseigné entièrement en anglais pendant un semestre en troisième année.

L’EPF propose également des formations binationales (franco-québécoise et franco-allemande) où le suivi de cours en plusieurs langues est nécessaire ainsi qu’un certain nombre de doubles-diplômes à l’étranger.

Un semestre à l’étranger est obligatoire sur toute la formation d’ingénieur.

 

Comment gérez-vous l’obligation de départ à l’étranger pour les élèves au vu du contexte ?

Nous sommes conscients du contexte particulier auquel les élèves sont confrontés actuellement pour leur mobilité internationale. Comme d’autres écoles d’ingénieurs nous avons fait le choix de maintenir les mobilités à l’étranger en les adaptant aux différentes situations.

Tout d’abord, nous recommandons de réaliser cette mobilité prioritairement en Europe et plus spécifiquement dans les pays de l’Espace Schengen pour lesquels les frontières sont ouvertes et dans lesquels la situation sanitaire fait objet d’une évaluation quasi-quotidienne.

Ensuite, nous avons décidé de maintenir l’obligation d’expérience internationale pour les élèves des Promotions P2022 et P2021 qui bénéficient des moments prévus dans le curriculum pour effectuer leur mobilité dans les prochains mois.

En revanche, nous avons mis en place des projets de substitution pour les élèves qui, en raison du confinement, ont été empêché de réaliser leur expérience internationale (P2020 et P2019). Malgré le contexte inhabituel, de nombreux élèves ont réussi à réaliser leur mobilité, surtout dans les pays européens. Si nous maintenons l’obligation d’effectuer une mobilité à l’étranger c’est parce que nous estimons que les compétences acquises à l’occasion d’un séjour à l’étranger sont précieuses et irremplaçables. Pendant un séjour à l’étranger, les élèves acquièrent de l’autonomie, des compétences linguistiques et ils font preuve d’ouverture d’esprit. Ils se créent également un réseau professionnel précieux et s’ouvrent de nouveaux marchés de l’emploi potentiels. Chacune de ces compétences sont des atouts (soft skills) considérables en vue de leur futur recrutement. Mais il est évident aussi, que nous portons une attention particulière à la situation individuelle de chaque étudiant. La Direction du Développement International reçoit chaque étudiant afin d’évoquer les possibilités qui se présentent à eux pour réaliser l’expérience internationale dans les meilleures conditions possibles.    

 

Rubrique : Stages

Les élèves de 4e année ont de difficultés pour avoir un stage pour ce semestre. Quelles contraintes seront mises en dernière année concernant l'obligation de faire un stage à l'étranger connaissant le contexte international actuel ?

Actuellement nous maintenons l’obligation d’effectuer une Expérience internationale. Une expérience internationale, qui peut se faire aussi sous forme de semestre d’études en Semestre S9 par exemple et non seulement sous forme de stage, est tout à fait réalisable en Europe, par exemple, et notamment dans les pays de l’Espace Schengen. Toutefois, nous suivrons bien évidemment l’évolution de la situation sanitaire dans les semaines et mois à venir.   

 

Combien d’élèves de 4e année n’ont pas encore trouvé leur stage ? Que faites-vous pour les aider ?

Nous ne comptons plus que 12 élèves de 4e année qui n’ont pas trouvé leur stage d’élève ingénieur. Tous les autres ont trouvé grâce notamment à un appel qui a été fait par la Direction des Relations Entreprises auprès des partenaires entreprises de l’école, des alumni et des partenaires à l’étranger.

Pour ceux qui seraient vraiment en difficulté, des sujets de projets collaboratifs ont été proposés et pourront remplacer ces stages.

 

L'EPF a t-elle des partenariats avec des entreprises pour faciliter l'accès aux stages prévus tout au long du cursus? (en France et à l'étranger)

L’EPF bénéficie d’un large réseau d’entreprises partenaires qui embauchent en stage chaque année nos élèves. Un service des stages est à disposition des élèves pour les accompagner dans leur recherche, une plateforme « JobTeaser » est par ailleurs disponible et rassemble un grand nombre d’offres diffusées par les entreprises. Une personne chargée de l’insertion professionnelle accompagne aussi les élèves dans la rédaction de leur CV, lettre de motivation, préparation d’entretien. Ces services sont accessibles par tous les élèves, de tous les campus.

 

Le stage humanitaire en fin de 2e année devra-t-il se faire en France ? Qu'en attendez-vous ?

Le stage « engagement citoyen » peut se faire en France ou à l’étranger, c’est à l’élève de choisir. Il a pour but de sensibiliser nos élèves aux enjeux de notre société et d’éveiller chez eux une conscience éthique, responsable et l’envie de se mettre au service des autres.

 

Y-a-t-il sur le campus de Montpellier une personne centralisant les offres de stage proposées par les entreprises ? Si oui, à qui les étudiants doivent ils s'adresser pour consulter les offres ?

Tous les élèves de tous les campus ont accès à la plateforme Jobteaser qui rassemble ces offres de stages et d’emploi. Sur tous les campus, les responsables des stages accompagnent les élèves dans leur recherche.

 

Quelle solution est proposée par l’école pour les élèves de 1re année qui n’ont pas pu effectuer leur stage engagement citoyen à l’été 2020 à cause de la crise ?

Les élèves de la P2024 qui n’ont pas réalisé leur stage exécution de 4 semaines cet été (soit 23% élèves) pourront le réaliser durant l’été 2021, entre leurs 2e et 3e années.

S’il n’a pas pu être réalisé en 2021, lors de la 3e année, l’élève devra réaliser 10 demi-journées d’engagement citoyen pour remplacer le stage en dehors de l’emploi du temps scolaire (au lieu de 6 semaines). Cette information est disponible pour les élèves depuis le semestre de confinement

 

Comment l’EPF accompagne les jeunes de 5e année à trouver un stage ou un emploi ?

Un forum carrière sera organisé en ligne cette année. Il se tiendra du 26 octobre au 6 novembre. Il sera ouvert à l’ensemble de 3 campus et destiné à tous les élèves de 5ème année à la recherche d’un stage et aux 5e année à la recherche d’un emploi.

Durant 2 semaines, les entreprises vont pouvoir déposer leurs offres de stages, CDD, CDI, VIE … et réaliser des entretiens en tête à tête avec les élèves. Des événements de recrutement privatisés sont également prévus avec certaines entreprises.

 

Un CDD est-il aussi valable comme stage de 1e année ?

Oui, un CDD peut être pris en compte comme stage de 1e année.

 

Rubrique :  Formation - Etudes

Sur quoi doivent porter les efforts des élèves qui viennent de rentrer en 1e année ?            

La 1re année est une année :

  • d’adaptation et d’engagement : faire la preuve qu’on a le potentiel pour devenir ingénieur,

  • de transition secondaire /supérieur à gérer,

  • formatrice au plan personnel : l’étudiant est acteur de sa formation à travers de nouvelles pédagogies,

  • de forte utilisation des moyens numériques (blendedlearning, outils d’auto-apprentissage CATIA, Auto entrainement aux examens, classes inversées…)

  • d’apprentissage du travail en autonomie

  • de sensibilisation à la notion de compétences,

  • d’initiation à l’utilisation d’un Eportfolio,

  • d’initiation à la construction du projet personnel,

  • de travail régulier pour ne pas se laisser dépasser,

  • de communication avec son responsable pédagogique en cas de difficultés  

 

Pensez-vous que les acquis du 2e semestre de l'an dernier sont inférieurs aux requis, du fait des conditions dégradées d'enseignement et de contrôle ? Prévoyez-vous des révisions en ce début d'année ?

Pendant l’été, une plateforme de révisions a été mise en place sur le site web de l’école pour pallier d’éventuels manques de pré-requis. Ces révisions étaient aussi bien destinées aux nouveaux entrants en 1re ou en 2e année qu’à nos élèves passant de la 1re à la 2e année.

Un système de tutorat existe et a été présenté aux élèves ils peuvent s’y inscrire dès maintenant.

 

Sur quoi doivent porter les efforts des élèves de 2e année ?

La 2e année est équivalente en structure à la 1re année mais de nouvelles matières apparaissent (mécanique des fluides, commande des systèmes) et qui reposent beaucoup sur la maitrise des outils mathématiques de 1ère année. Il est donc important de les maitriser.

La 2e année est la dernière année avant l’entrée en cycle ingénieur, elle consolide et finalise le socle scientifique. Il est donc important de maitriser le programme de maths, de physique et de numérique qui constituent le socle scientifique avant l’entrée en cycle ingénieur qui abordera les méthodes de conception. Lors de La 2e année les élèves doivent aussi continuer à développer le travail en autonomie (pratique de l’enseignement hybride) et en groupe, encore plus présent en 3e année.

 

Quelle aide mettez-vous en place pour l’orientation des élèves de 3e année, avant qu’ils ne choisissent leur majeure ?

En 3e année les élèves disposent d’ateliers spécifiques afin de les aider à orienter leur projet professionnel (dimension internationale, recherche). Un forum entreprise est également organisé à l’automne afin que les élèves puissent rencontrer les industriels de différents secteurs. Des vidéos sont disponibles sur les métiers et les contenus associés aux différentes majeure et un amphi de Questions-Réponses est proposé à tous les élèves.

Un forum « majeure » est organisé en présence des Responsables de Majeurs et d’élèves des majeures pour guider les 3e années et répondre à leurs questions. Les Responsables de Majeures sont disponibles toute l’année pour des rendez-vous individuels, il ne faut pas hésiter à les solliciter.

 

Les parcours FA et FQ choisissent ils aussi des majeures ?

Les élèves en Formation binationale suivent un parcours particulier. Les élèves de la formation Franco-Allemande suivent un parcours en 5 ans alterné entre France et Allemagne. Ils suivent un programme dédié à L’automatisation et production.

Les élèves du cursus Franco-Québécois suivent une formation dédiée sur les trois premières années (cycle licence) mais rejoignent en 4e année la formation généraliste et choisissent à ce titre leur majeure comme les autres élèves.

 

Quels sont les débouchés de la Formation Franco-Allemande ?

La formation franco-allemande d'ingénieur en production et automatisation est une formation d'ingénieur d'excellence qui permet d'intégrer les services de production de toute entreprise quelque soit le domaine d'activité : automobile, aéronautique, aérospatiale, ferroviaire, maritime, verrier (Saint Gobain, Corning, Essilor, Zeiss…), machinisme agricole, production d'énergie (éoliennes, panneaux solaires…), électroménager, batteries, habillement (Lacoste, Aigle, Petit-Bateau…) matériaux, matériels électroportatifs, équipements du bâtiment, équipements sportifs, Cycles (Decathlon agroalimentaire (Bonduelle, Roquette, Danone, Nestlé…), cosmétique (L’Oreal, Nivea…), pharmaceutique, paramédical…

De plus, certaines grandes entreprises allemandes excellent dans de nombreux secteurs d'activités (Liebherr, Bosch…) pour des raisons économiques et humaines. Il est également fréquent de constater qu'un ingénieur change de secteur d'activités au cours de sa carrière. Ce qui signifie que le potentiel de l'ingénieur n'est pas uniquement lié à une spécialité (ou à une majeur).

Les activités, de l'ingénieur FA en production et automatisation, concernent la définition, le dimensionnement des moyens de production, la conduite des installations de production, la gestion, le suivi de la qualité du produit, l'amélioration continue de l'efficience de l'outil de production, l'amélioration des conditions de travail, l'automatisation des postes de travail, l'implantation et la conduite de robots, de machines à commande numérique, la simulation numérique du comportement de l'outil de production, la simulation numérique du comportement du produit, l'assemblage de sous-ensembles, l'approvisionnement de composants sur la ligne de production, le conditionnement des produits, l'expédition, la logistique, la supply-chain, la planification, la gestion du personnel, la formation du personnel, le management, la gestion financière de la performance de l'outil de production…

Ce qui justifie l'ensemble des cours dispensés sur les 5 années de formations. La formation structurée par un programme conjoint défini par les 2 écoles partenaires EPF/HM se déroule alternativement en France et en Allemagne. 3 années à l'EPF, 2 années à la HM (l'inverse pour un allemand).

Chaque année scolaire se termine ou commence par un stage en entreprise, soit 5 séquences en entreprise, dont 2 en France, 2 en Allemagne et une dernière de 26 semaines à l'international. 65 semaines (15 mois) seront effectuées dans différentes entreprises au choix de l'étudiant (pour se diversifier ou se spécialiser).

Cette formation d'ingénieur en production et automatisation EPF/HM est donc une formation très générale qui permet d'intégrer une foultitude d'entreprise, de service, d'activité, mais surtout l'élève-ingénieur a pu se découvrir tout au long de sa formation et a conduit sa formation à travers la diversité des projets confiés et des expériences vécues en entreprise.

La richesse de cette formation tient à ses deux années vécues dans le pays partenaire comportant 4 semestres académiques et 2 séquences d'activités techniques en entreprise.

Les atouts de l'ingénieur franco-allemand sont une parfaite maitrise du français, de l'allemand et de l'anglais, une expérience biculturelle personnelle, académique et industrielle qui se conclue par une expérience internationale en entreprise de 6 mois (régulièrement hors d'Allemagne ou de France).

L'ingénieur diplômé peut intégrer une école doctorale pour préparer une thèse et obtenir le titre de docteur-ingénieur.

 

Le nombre de place dans les majeures est-il limité ?

Depuis la réformes des majeures de 2017 mise en place à l’EPF aucun élève n’a été éconduit de la majeure souhaitée. Les élèves ayant suivi la formation d’ingénieur jusqu’à la majeure ou ceux rejoignant en cours la formation sont tous considérés comme ayant le niveau pour intégrer la majeure de leur choix.

 

Est-ce que certaines majeures ne sont pas accessibles ou difficilement accessibles aux élèves venant de prépa technologique ?

Les élèves ayant suivi la prépa technologique rejoignent le cursus de formation généraliste. Ils sont mêlés aux autres après un temps de formation plus intensif sur certaines matières. Suite à cette formation, ils peuvent intégrer la majeure de leur choix.

 

En quelle année fait-on les doubles diplômes ?

Les doubles-diplômes en France ou à l’international sont suivis à partir de la 5e année, en un à deux ans selon le double-diplôme recherché.

 

L’obtention des crédit Engagement de la Vie de l’Ecole ne sont-ils pas plus difficiles à obtenir en raison de la crise sanitaire ?

Les crédits d’engagement dans la vie de l’école s’acquièrent par de multiples possibilités au sein des associations de l’école. Donc aucune difficulté particulière n’est liée à la crise sanitaire. Il faut alors se mettre en lien avec les associations qui ont été présentées lors de la semaine d’intégration.

La Direction de la Communication et du Marketing propose par ailleurs à tous les élèves de participer à la promotion de l’école que cela soit en présentiel ou en distanciel sur différentes actions de communication.

 

Comment conserver une vie associative dans le contexte actuel ? Tous les événements ne sont-ils pas annulés ?

La vie associative s'appuie souvent sur des événements rassemblant de nombreux élèves. Malheureusement, le contexte sanitaire ne permet pas ces rassemblements. Les associations d'élèves essaient de mettre en place des activités en utilisant autant que possible le numérique pour créer du lien.

 

Existe-t-il des salles d’étude à libre disposition des étudiants ?

Oui, les étudiants peuvent travailler librement dans l’importe quelle salle de cours libre ainsi que dans les salles informatiques lorsqu’elles sont disponibles.

 

Allez-vous mettre en place un système de cours à distance efficace (niveau de définition visuel et sonore de qualité) ?

L’équipement des salles pour pouvoir faire du comodal ou de l’enseignement entièrement à distance a été planifié dès le mois d’avril. Ces équipements sont aujourd’hui installés, tous les cours devaient donc pouvoir se faire dans les salles équipées dès la rentrée après la Toussaint.

 

Rubrique : Stratégie de l’EPF

Y a-t-il une stratégie pour porter le nombre annuel de diplômés de ce qu'il est aujourd'hui (il me semble à peu près 400) à 800 ou 1000 comme de grandes écoles le font (X, CentraleSupelec, Arts & Métiers) ?

L’EPF diplôme en effet environ 450 élèves par an. La stratégie de l’école ne consiste en un accroissement massif du nombre de ses élèves aux dépends de la qualité des cours. Les trois campus de l’école sont aujourd’hui au maximum de leurs capacités d’accueil pour permettre à chacun des élèves de suivre une scolarité dans de bonnes conditions.

L’EPF poursuit toutefois son développement avec le projet de déménagement de son campus de Sceaux à Cachan pour permettre aux élèves du campus parisien d’étudier dans les meilleures conditions possibles avec des équipements de pointe (comme c’est le cas sur les autres campus plus récents). Ce bâtiment permettra l’accueil d’un nombre plus important d’étudiants sans pour autant viser le doublement des promotions, les petites promotions, à taille humaine, étant très appréciées des élèves et favorisant les échanges, l’émulation, la convivialité et le travail collaboratif.

Un autre campus, vers l’ouest, pourrait éventuellement voir le jour dans les prochaines années. C’est un sujet en cours d’étude par la Direction de l’EPF pour développer des formations différentes et attirer de nouveaux candidats dans l’ouest.

 

Confirmez-vous le déménagement à l'ENS Cachan pour la rentrée 2021 ?

En effet, l’EPF Sceaux déménagera à Cachan en 2021. Il est prévu en cours d’année universitaire. Les élèves débuteront leur formation à Sceaux et termineront l’année à Cachan. Le déménagement se fera sur une période de vacances scolaires pour ne pas déranger les cours.

Les deux sites sont distants d’environ deux kilomètres. Il y aura à Cachan des logements étudiants, logements CROUS en proximité immédiate de notre nouveau bâtiment.

 

Quelle est la répartition hommes-femmes dans les promotions de l’EPF ?

L’EPF compte 35% de jeunes femmes dans ses effectifs (toutes promotions et formations confondues). Ce taux est l’un des plus élevés de France pour ce qui concerne les écoles d’ingénieurs généralistes. En effet, dans la plupart des autres écoles, le taux de féminisation se situe entre 15 et 20% au maximum.

La première année de formation généraliste (promotion 2025) compte actuellement 28% de jeunes femmes.

 

Quelle place à l'intelligence artificielle dans l'enseignement ?

Comme le numérique, l’intelligence artificielle est désormais partout. Elle est donc abordée plus ou moins en profondeur selon les majeures choisies par les élèves. Ce sujet est plus profondément étudié dans les majeures en lien avec le numérique.

Avec notre déménagement à Cachan, l’EPF noue un partenariat stratégique avec Aivancity, une nouvelle école dédiée à l’intelligence artificielle. Ce partenariat permettra à aborder au sein de toutes nos formations les questions en lien avec les enjeux de l’IA.

 

Notre enfant est élève en 2e année de formation Franco-Québécoise. Comment va se passer cette année ?

En raison de la crise sanitaire, l’échange avec Sherbrooke ne peut avoir lieu cette année. Cela concerne en effet les 15 élèves de la Formation Franco-Québécoise de 2e année.

Afin de permettre aux élèves de vivre un échange universitaire en lien avec leur formation, l’EPF a sollicité plusieurs partenaires en Europe afin de trouver une université d’accueil pour ces 15 élèves. L’université de Brno en République Tchèque a répondu favorablement à cet appel et accueillera nos élèves à partir de fin janvier, pour un semestre. Le programme de cours se rapproche de celui de l’Université de Sherbrooke. Les coûts liés à cet échanges devraient être moindres pour les familles de par la distance et le coût de la vie à Brno.

Un courriel d’information a été envoyé aux élèves concernés le 8 septembre dernier. Les élèves ont déjà commencé à s’inscrire auprès de leurs responsables pédagogiques et de la Direction du Développement International. Nous invitons les parents et les élèves qui ont des questions portant sur l’échange en lui-même mais aussi sur les conditions pratiques de celui-ci à contacter les responsables pédagogiques de la formation.

 

Comment s'organise la rentrée des élèves en formation Franco-Allemande (2e et 4e années) ?

Nos élèves-ingénieurs français et allemands de 2e année (FA2) et 4e année (FA4) sont effectivement en stage en entreprise jusqu'au 13 novembre.

Leur semestre "d'hiver" devrait commencer à partir de 16 novembre.

À la Hochschule München, mi-octobre, les cours commencent à être dispensés à distance, par visioconférence.

Pour nos étudiants de la formation franco-allemande, les cours devraient être dispensés également à distance, par contre pour permettre aux élèves français de découvrir leurs camarades allemands, des séquences à effectifs réduits avec une présence partielle mixte (Allemand / Français) devraient être mises en place dans le cadre des activités de travaux pratiques.

Les professeurs de la HM vont définir l'organisation des différentes séquences d'enseignement dans les semaines à venir et bien sûr les étudiants en seront informés pour qu'ils puissent s'organiser en conséquence.

 

Quels conseils donnez-vous aux élèves de FA pour leur recherche de stage ?

Nos élèves de 1re années qui suivent le parcours de formation franco-allemand sont à 7 mois des périodes ultimes de recherche de stages. Il n'y a pas urgence, d'autant plus que les circonstances des prochains mois pourraient bousculer les démarches qui auraient abouties trop tôt.

La priorité pour eux est de réussir leur intégration de suivre avec profit les enseignements et d'obtenir les résultats qui confirmeront qu'ils sont sur la voie de la réussite.

La recherche des stages sera l'affaire des étudiants et non pas de leurs proches. Ils seront accompagnés par l'école, des directives, des conseils, des adresses leurs seront fournies. Au printemps dernier, alors que les circonstances étaient exceptionnelles, les étudiants franco-allemands 1re année de la promotion 2024 ont tous trouvé un stage, d'autant mieux s'ils ont appliqué les conseils et s'ils ont consacré toute l'énergie nécessaire pour gérer personnellement leurs démarches.

La majorité a effectué un excellent stage d'un bon niveau technologique dans lequel ils ont effectué des tâches enrichissantes, valorisantes pour affirmer leur formation académique.

 

Rubrique : Questions pratiques – vie étudiante

Qu'attendez-vous d'un parent d'élève idéal ?

Chaque élève de l’EPF a accès à son suivi de scolarité en ligne, sur l’intranet, MyEpf avec toutes les données élèves, Emploi du temps, bulletins, absences répertoriées. Des codes ont été donnés à chacun des élèves à l’intégration au sein de l’école. Il est important que les parents puissent suivre et accompagner leurs enfants pour identifier des difficultés et rentrer en contact avec le Responsables Pédagogiques rapidement. C’est un travail collaboratif avec trois parties, élève, parents et responsable pédagogique qui permet souvent de remettre l’élève sur le bon chemin.

 

En tant que parents, nous souhaiterions avoir accès au suivi de la scolarité de nos enfants (notes, présence en cours, projets suivis…)

Les élèves de l’EPF ont tous un compte en ligne avec toutes ces informations. Ils sont, en grande majorité, majeurs et l’école insiste sur l’autonomisation des élèves. Nous ne pouvons qu’encourager les parents à entrer en dialogue avec leurs enfants pour obtenir les informations qu’ils souhaitent avoir. Un bulletin est envoyé aux parents en fin d’année après le jury de passage. Les parents reçoivent aussi des courriers "alerte parents" à chaque semestre avant les rattrapages lorsque leur enfant est très souvent absent. Il n’y a pas de quota d’absences non excusées. Cependant, en langue, à la 4e absence, l’étudiant a un 0 dans la matière.

 

Comment s'organise la remise des diplômes cette année ?

La Remise des Diplômes est maintenue à ce jour pour la date du 11 décembre à Paris. Seuls les diplômés seront conviés pour limiter le nombre de participants. 

 

Les cafétarias sur les différents campus

Sur le campus Sceaux, rue Lakanal, les élèves bénéficient d’une cafétéria CROUS proposant des plats chauds et du snacking. Les sites de Poincaré et Trévise n’ont que des distributeurs maus sont situés à 10 minutes de marche maximum du site principal, des micro-ondes sont par ailleurs installés sur les sites.

A Troyes, le restaurant universitaire situé sur le campus de l’UTT est accessible aux élèves.

A Montpellier, des micro-ondes sont à disposition des élèves dans le foyer des élèves. Un service de ventes de plats et sandwich est aussi disponible sur place. Notre site est considéré come trop petit pour avoir un service du CROUS directement sur place.

Les élèves ont tous accès au Guide du Peufien, distribué en début d’année et qui répertorie les services à proximité des campus.

 

Comment justifiez-vous les tarifs de l’école ?

La formation d’ingénieur à l’EPF coûte annuellement 9 500 euros par an et par élève. L’école, en tant qu’établissement privé bénéficie d’une subvention de l’Etat qui couvre 6,5% du budget de fonctionnement de l’école.  Ainsi, les frais de scolarité payés par les élèves (et leurs parents) ne couvrent pas le coût total de la formation. Cependant, l’EPF collecte des fonds via la Taxe d’Apprentissage et des ressources privées auprès d’entreprise.

Pour comparaison, la moyenne des autres écoles d’ingénieurs privée est située à 12 000 euros par an et celles des écoles de management de 15 000 euros.

 

Pourquoi doit-on payer le semestre à l'EPF lorsque notre enfant part en stage ou dans un collège à l'étranger ?

Lorsqu’un élève de l’EPF part en stage ou en échange à l’étranger, il est considéré avant tout comme un élève de l’EPF, son établissement de rattachement. Ainsi, l’élève doit être inscrit à l’école et s’acquitter des frais d’inscription. Les échanges et les stages font partie intégrante de la formation à l’EPF, ils nécessitent du personnel pour suivre les élèves pendant ces périodes, les accompagner, ils ont des référents parmi nos enseignants et bénéficient ainsi des services de l’école.

 

Que prévoit l’Ecole pour gérer le manque évident de maturité de certains élèves (consommation excessive d’alcool, coucher très tardif, participation aléatoire aux cours en amphi, travail scolaire en autonomie rare...) ?

Les élèves sont pour la plupart majeurs et appelés à être autonomes et responsables. L’école accompagne ses élèves en encadrant de près la vie associative (un.e responsable vie associative sur chaque campus, rencontres régulières associations, direction), en mettant en place des ateliers de sensibilisation aux risques liés à l’alcool, la drogue, en abordant les questions de discrimination (sexuelle, genre, orientation, origine sociale et culturelle, religieuse, handicap…)

Les cours sont obligatoires, les absences non justifiées sanctionnées au niveau de la scolarité.

Malheureusement, le rôle de l’école ne peut s’étendre hors des murs des campus et les élèves doivent apprendre à gagner en maturité rapidement pour faire face à leur nouvelle vie d’étudiant.e.

 

Comment se passe l'intégration des étudiants ?

Les nouveaux entrants ont tous bénéficié d’une semaine d’intégration organisée par l’administration de l’école pour permettre aux élèves de prendre connaissance de leurs locaux, de leurs camarades, de briser la glace et d’apprendre à connaître l’école et son fonctionnement. Des temps ludiques ont été laissés à l’organisation des associations de l’école, dans le respect des gestes barrières.

 

 

Rubrique : Gestion de la crise sanitaire

Est-il prévu un dépistage des élèves ?

Sur le campus de Troyes, des dépistage réguliers sont organisés par la Métropole Troyes La Champagne, sur la base du volontariat.

Sur les campus de Sceaux et Montpellier, aucun dépistage massif n’est prévu. Les élèves « cas contact » sont invités à le faire en suivant le protocole sanitaire mis en place.

 

Quelle sera la proportion de l'enseignement en présentiel ?

La stratégie de l’EPF est de maintenir autant que possible les cours en présentiel pour assurer la plus grande qualité de ces cours, un lien direct entre élèves et professeurs, la richesse des interactions et la manipulation pratique, au cœur de la formation d’ingénieur.

Une proportion 80% de présentiel, 20% de distanciel a été mise en place au sein de la formation généraliste. Les 20% de cours à distance sont des cours asynchrones, c’est-à-dire du travail personnel, en autonomie pour les élèves. Ils peuvent solliciter leurs professeurs sur différents sujets à travers les outils de communication à distance (teams, moodle…) mis à disposition. Il ne s’agit pas de faire des cours « classiques » depuis chez soi mais de s’appuyer sur de nouvelles pratiques de classes inversées, de travail en autonomie, de blended learning pour aider l’élève à progresser.

 

Pouvez-vous expliquer le fonctionnement de l’enseignement hybride ?

L’enseignement hydride (80 % en présence - 20 % en autonomie) a été mis en place depuis de début de l’année indépendamment des mesures à respecter dans le cadre de la crise sanitaire.

Les séances en autonomie à distance ne sont pas destinées à être des CM ou des TD sans le professeur.

Les 20% d’heures en autonomie sont des activités pédagogiques asynchrones à réaliser en complément des séances en présentiel. Il ne s’agit pas de cours à distance.

Les activités données aux élèves doivent pouvoir être réalisées en totale autonomie et de manière asynchrone grâce aux consignes et au supports fournis par le professeur (activités de synthèse, de préparation à une séance en présence, activité d’auto évaluation par exemple…).

 

Ces heures sont malgré tout planifiées dans les emplois du temps pour plusieurs raisons :

  • Rappeler aux élèves qu’il y a des activités en autonomie à réaliser dans le cadre d’un enseignement. S’ils ne réalisent pas le travail demandé ils seront mis en difficulté dans l’avancement du module.

  • Réserver des salles à l’école pour ceux qui n’ont pas la possibilité de rentrer chez eux entre deux séances en présentiel. (Ces 20 % d’heures en autonomie ne sont pas destinées à permettre aux élèves de rentrer chez eux mais à leur donner une plus grande souplesse dans leur organisation car le travail demandé peut être fait en tout lieu et à tout autre moment)

  • Offrir, par la mise en place d’un chat en direct, un support aux élèves concernant les activités données (ce chat n’est qu’une une aide proposée à l’élève, qui a la liberté de ne pas l’utiliser s’il estime ne pas en avoir besoin). L’élève n’a pas obligation de connexion sur ces heures en autonomie et peut choisir de réaliser les activités données à tout autre moment, sa présence n’est pas obligatoire et n’est pas contrôlée. Le chat est malgré tout systématiquement mis en place par le professeur.

 

En résumé, la vocation pédagogique de ces heures en autonomie (potentiellement à distance) est de développer de l’autonomie et l’action dans votre formation : c’est à cela que doivent répondre les activités pédagogiques données.

Notre volonté est de faciliter la prise d’autonomie en vous demandant de réaliser des travaux en autonomie (ou par petits groupes) vous permettant d’approfondir la construction de vos compétences. C’est uniquement pour faciliter l’organisation de votre travail que certaines séances ont été planifiées dans les emplois du temps, mais si certains étudiants souhaitent travailler à d’autres moments et ailleurs que dans les locaux de l'école, ils en ont parfaitement la possibilité.

 

Les étudiants de 1re année ont parfois des « cours à distance » au cours desquels les élèves sont en classe et le prof à la maison ? Parfois, cours ont lieu en milieu de journée, est-il possible de les positionner en début ou fin de journée pour permettre aux élèves de les suivre à la maison ?

Les temps de travail dit « Heure en Autonomie Planifiée » ont pour but de laisser aux élèves des temps de respiration dans leurs emplois du temps. Ils peuvent se servir de ces heures pour avancer « en autonomie » sur leurs cours ou pour s’aérer l’esprit. Le principe n’est pas de mettre des élèves en classe face à écran, le professeur à distance. Le professeur est disponible pour répondre à d’éventuelles questions, les élèves peuvent choisir d’utiliser ces heures pour avancer en autonomie sur certains projets. Ces temps sont inscrits à l’emploi du temps des élèves pour leur rappeler qu’il y a du travail en autonomie à mener. Voir question précédente.

 

Pouvez-vous indiquer si l'enseignement est perturbé par le Covid, et si oui dans quelle mesure ?

Les annonces concernant le passage en zone alerte maximale de Paris et petite couronne entrainent un durcissement des conditions sanitaires et nous amènent donc à revoir le fonctionnement actuel sur notre campus de Sceaux en priorité.

En prévision d’un tel durcissement, des investissements importants -550 000 euros) ont été faits par l’école cet été et vont permettre de disposer de salles de cours équipées pour un fonctionnement comodal (moitié du groupe en présence, l’autre moitié connectée à distance) dès le retour des vacances de la Toussaint. Ces équipements incluent notamment des caméras spécifiques qui réagissent aux mouvements et une captation optimisée du son.

En attendant la finalisation de ces installations, le mode comodal a démarré sur la base d’outils désormais connus et largement utilisés lors du semestre de formation à distance afin de maintenir la totalité des enseignements pour vous tous.

Désormais et jusqu’aux vacances de la Toussaint (pour l’instant) pour le cylce ingénieur de Sceaux :

  • Tous les cours magistraux se feront à distance,

  • Tous les enseignements en TD/CMA se feront en mode comodal (donc en demi groupe de TD). Vous serez informés cet aprèsmidi du demi-groupe de TD dans lequel vous êtes et des semaines où vous serez à distance ou en présence. Vous verrez apparaitre dans les EDT MyEPF les semaines et groupes de présences.

  • Tous les TP en laboratoire et informatiques sont maintenus en présentiel et à l’effectif habituel car réduit.

  • Les cours de langues vivantes sont maintenus en présentiel avec l’effectif habituel car réduit.

  • Les mesures de sécurité sanitaires à respecter restent identiques : port du masque obligatoire pour élèves et professeurs.

 

 

Est-il possible que les cours puissent être suivis à distance pour les élèves qui le souhaitent pour éviter de trop fréquenter les transports en cette période ?

Nous souhaitons favoriser le présentiel au maximum, source de richesse pour l’élève (voir question précédente). Il n’est donc pas possible de permettre à des élèves de suivre les cours à distance.

 

Existe-t-il un espace dédié aux étudiants (à Sceaux) dans lequel ils peuvent s'installer pour étudier entre 2 cours très espacés ?

Les élèves peuvent utiliser les salles de cours ou de réunion libres pour s’installer entre deux cours.

 

Comment allez-vous rattraper le retard de mars à juin avec la Covid ?

Lors du confinement, tous les cours sont passés en 100% à distance et ont été maintenus. Les TP ont été remplacés par des travaux individuels et accompagnés à distance par les professeurs.

Il n’y a pas de retard conséquent sur les programmes pour les élèves. Seuls les stages et les départs à l’international ont vraiment été impactés et l’école accompagne les élèves pour qu’ils puissent remplir les obligations (allégées par la CTI en cette année spéciale) pour l’obtention du diplôme.

 

L'expérience du confinement a montré que l'engagement des élèves (et des professeurs ?) et l'émulation entre élèves ne sont pas aussi forts à distance qu'en présentiel. Si l'enseignement à distance redevenait nécessaire, quelles améliorations /évolutions avez-vous prévues ?

L’EPF a investi 550 000 euros d’équipement informatique pour développer l’enseignement en comodal d’une part (équipement des salles des trois campus) mais aussi pour permettre à ses élèves d’avoir accès à des outils numériques performants (capacité de serveurs, licence logiciel Teams accessible à tous, développement de formation en innovation pédagogique pour les enseignants etc).

 

Que mettez-vous en place au niveau de l'école pour la récupération des cours si un élève doit être isolé ?

Actuellement, nous demandons aux élèves de se tenir informés auprès de leurs camarades. Les professeurs ont pour consigne de mettre tous les supports à disposition en ligne sur la plateforme Moodle. Au retour des congés de la Toussaint, ils pourront, dans la majorité des cas, suivre les cours en comodal.

 

Avec la crise sanitaire, que pensez-vous de la pertinence de la majeure aéronautique ?

Premièrement, c’est une majeure orientée Aéronautique mais aussi Espace, domaine dans lequel de nombreux projets voient le jour actuellement.

Deuxièmement, de nombreuses études d’experts du domaine montrent que le secteur redémarrera dès que la crise sanitaire sera dernière nous. Vraisemblablement, on devrait en 2024 revenir au minimum à la situation d’avant crise, voire mieux.

Troisièmement, la majeure Aéronautique & Espace propose trois parcours différents :

  • Etude & Conception

  • Industrialisation & Production

  • Exploitation & Maintenance

Les deux premiers parcours permettent d’acquérir des compétences pouvant s’appliquer dans d’autres domaines que l’aéronautique et l’espace.

 

Allez-vous modifier les horaires de cours et d’examens pour que les étudiants aient le temps de rentrer chez eux avant le couvre-feu ?

Oui, le campus va désormais fermer à 20h à partir du lundi 19 octobre. Les cours ou examens prévus après 19h30 seront reprogrammés.

 

Quel est le protocole sanitaire lié au covid 19 ?

Retrouvez toutes les consignes aux étudiants