Nouveaux usages, nouvelles technologies : l'innovation pédagogique à l'EPF

Publié le 15/11/2018

Nouveaux usages, nouvelles technologies, nouvelle génération. De nouvelles techniques de transmission des connaissances émergent peu à peu, notamment dans les écoles d’ingénieurs, afin de rendre les cours plus interactifs et accessibles pour les élèves. Le point sur ces pédagogies 2.0.

Qu’est-ce qu’une innovation pédagogique ?

Les réflexions sur la pédagogie existent depuis de nombreuses années, mais semblent se développer fortement depuis peu. C’est en 2013 que le ministère de l’Education nationale, via un organe fraîchement créé, le Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative, en propose une définition : "Une pratique innovante est une action pédagogique caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être et à la qualité des apprentissages. Prenant appui sur la créativité des personnels et de tous les élèves, elle repose également sur une méthodologie de conduite du changement". En d’autres termes, les élèves d’aujourd’hui, nés à l’heure d’internet, ont besoin d’être stimulés d’une autre façon. L’idée est de leur permettre de mieux apprendre, via de nouvelles techniques d’enseignement.

Et en école d’ingénieurs ?

Depuis longtemps, les écoles d’ingénieurs pratiquent la pédagogie par projet, poussant leurs élèves à comprendre la théorie via la pratique, à travers des applications concrètes. Mais au-delà de cette façon d’apprendre, les ingénieurs en herbe d’aujourd’hui profitent souvent d’expérimentations dans leurs établissements. L’EPF n’y fait pas exception. "A l’école, nous sommes persuadés que demain, nous allons enseigner différemment, dans d’autres espaces, avec d’autres pédagogies et avec d’autres formes d’évaluations. Le rôle de l’enseignant ne sera plus le même et nous souhaitons nous placer comme un établissement pilote face à ces transformations à venir", explique François STEPHAN, Directeur du campus de Montpellier, qui anime une cellule de réflexion sur l’innovation pédagogique et numérique à l’EPF depuis octobre 2017. Une quinzaine d’enseignants des trois campus y participent.

Plusieurs sujets étudiés à l’EPF

Une pédagogie hybride pour la Mécanique

Fini le traditionnel polycopié en amphi, suivi d’exercices d’applications. L’élève utilise désormais en amont du cours des ressources numériques : vidéos, fiches méthodes, fiches synthèses, autotests, etc... "Le face à face avec l’enseignant est réservé aux échanges sur les difficultés rencontrées, et à la résolution de problèmes complexes. L’étudiant peut ainsi travailler à son rythme, de n’importe où, avec une certaine forme d’autonomie", souligne François STEPHAN. C’est le principe du Blended Learning. Dès la rentrée 2019 à l’EPF, une grande majorité des enseignements de 1ère et 2ème année sera dispensée sous cette nouvelle forme pédagogique.

La mise en situation des étudiants prend une autre forme durant la troisième année à l’EPF : l’enseignement proposé n’est plus disciplinaire mais transversal, et les élèves travaillent principalement en équipe sur des projets et des applications pluritechniques et multidisciplinaires. La majorité des cours sont dispensés selon le principe de la classe inversée. L’élève doit ainsi travailler en autonomie, en groupe, à la découverte de nouvelles notions et rechercher des informations sur un sujet qu’il ne maîtrise pas : une compétence essentielle lorsqu’il se retrouvera en entreprise.

Une plateforme numérique d'apprentissage

Ces évolutions vont de pair avec le développement d’outils numériques d’accompagnement. L’EPF utilise comme la plupart des écoles d’ingénieurs, la plateforme numérique d’apprentissage Moodle. Souvent, elle ne sert qu’à mettre des cours en ligne par les enseignants. L'EPF aspire à la rendre plus efficiente et plus interactive afin qu’elle devienne un véritable outil d’apprentissage. L'outil a été modernisé pour donner envie aux étudiants et enseignants d’y naviguer. Le principe : le professeur y dépose des ressources numériques accessibles par l’étudiant qui lui permettent d’aller plus loin et d’approfondir.  C’est déjà possible en mathématiques, en mécanique, en informatique et sur certains enseignements de physique. A terme, il s'agira d'une plateforme d’autoapprentissage pour l’ensemble des matières scientifiques et techniques.

Un e-portfolio personnalisé

Le e-portfolio est un outil en ligne encore en développement destiné aux étudiants et permettant de s’approprier et d’analyser les compétences acquises. Cela concerne aussi bien les enseignements suivis, l’expérience à l’étranger, les stages en entreprises, mais aussi ses activités extra-scolaires : sports, associations, voyages… Durant ses années à l’école, l’élève-ingénieur mène une réflexion personnelle qui l’amène à remplir son portfolio numérique, avec l’aide d’un responsable pédagogique, un document qui le suivra durant toute sa formation et même tout au long de sa vie. Depuis la rentrée 2018, une trentaine d’élèves de l’école l’utilisent afin de le tester. Dès janvier 2019, il sera élargi aux étudiants issus de formation technologique sur le campus de Montpellier. Si le test est concluant, à la rentrée 2019, l’intégralité des élèves de première année pourraient y avoir accès.

Parallèlement à ces sujets étudiés, de nombreuses autres expériences innovantes sont menées. Il peut s’agir de l’usage conséquent de Fablabs (moyens expérimentaux de conception et de prototypage d’objets mécatroniques) dans le déroulement des enseignements, mais également de la réalisation de Business Game, ou d’Escape Game didactique à finalité pédagogique.

 

Escape Game Didactique en vidéo