Image
L’EPF au cœur des réseaux internationaux

Au cœur des réseaux
internationaux

International

L’EPF est une école ouverte et son investissement dans de nombreux réseaux internationaux le prouve.

En Afrique avec Ingénieur·e·s en Afrique

 

Ingénieur·e·s en Afrique est un programme d’excellence de classes préparatoires scientifiques après bac, favorisant l’accès des jeunes filles aux métiers d’ingénieurs quelles que soient leurs situations sociales.  

Né d’une alliance entre 2iE et l’EPF, il porte un projet éducatif innovant basé sur une vision positive de la diversité sociale, culturelle et de genre.

Le programme est implanté sur le campus de 2iE (Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement), à Ouagadougou au Burkina Faso.

La classe préparatoire Ingénieur·e·s en Afrique porte plusieurs ambitions :

  • Répondre aux besoins croissants des organisations publiques et privées africaines,
  • Promouvoir l’accès des jeunes filles aux métiers de l’ingénierie à des fonctions d’encadrement et de direction via un enseignement de qualité,
  • Encourager des vocations, susciter des ambitions, en levant les obstacles financiers, culturels et sociaux, qui, aujourd’hui encore, freinent l’accès à l’enseignement supérieur des jeunes filles.

Si le programme s’adresse majoritairement aux jeunes filles, les garçons peuvent aussi être acceptés. La formation est accessible sur dossier, avec une inscription en ligne sur www.2ie-edu.org.

Les classes préparatoires constituent la première étape généraliste d’une formation académique d’ingénieur en cinq ans. L'admission sur dossier est réservée aux bacheliers scientifiques.  

Dispensé sur deux ans, le programme est suffisamment généraliste pour ouvrir la voie à des écoles dans les domaines du génie civil, de l’informatique, des télécommunications, de l’électricité-électrotechnique, de l’électronique, etc.

La poursuite d’études est assurée, soit au sein :

  • du cursus 2iE et d’autres établissements d’enseignement supérieur africains,
  • d’écoles d’ingénieurs françaises et européennes (par admission directe, ou par l’intermédiaire des concours d’accès aux « Écoles post-prépa »)

Les entreprises sont des partenaires incontournables du programme « Ingénieur·e·s en Afrique ».  Deux options s’offrent à elles pour s’investir aux côtés de l’EPF : soit via une dotation en capital, soit l’allocation de bourses pour une durée minimale de deux ans. Pour rappel, en France, les dons d’entreprises donnent droit à une réduction de l’impôt sur les sociétés (égale à 60% de leur montant, dans la limite de 5% du chiffre d’affaires).

Investissez dans la construction de l’Afrique de demain, rejoignez nos partenaires !

 

Logo AggrekoLogo ArevaLogo Cofely Ineo    
Logo DevoteamLogo EDFLogo Paritel    
Logo Agence Universitaire de la Francophonie    

 

 

 

En France avec le programme n+i

 

Le talent n’a pas de frontières ! Le Réseau « n+i » s’adresse aux étudiants internationaux souhaitant obtenir un diplôme d’ingénieur français. Créé en 1997, il regroupe une cinquantaine de Grandes Écoles d’Ingénieurs françaises.  

Si la formation est initialement destinée aux jeunes ingénieurs internationaux ayant une formation minimum de bachelor, elle est désormais accessible aux étudiants internationaux souhaitant intégrer la première année (avec un diplôme équivalent au bac français) ou bien encore intégrer des formations courtes (bachelor).  

Le programme n+i est également ouvert, depuis quelques années, aux étudiants français qui souhaitent effectuer une période d’études à l’étranger (diplômante ou non).

En postulant sur le site internet de n+i, les candidats s'adressent directement à toutes les écoles membres qui peuvent ensuite leur adresser des offres de formation. Ils peuvent également cibler une ou plusieurs formations spécifiques et donc être directement visibles auprès de l’école qui les intéresse.

Une fois recrutés, les étudiants bénéficient d’une formation intensive de français langue étrangère (en juillet-août) et intègrent ensuite un programme de mise à niveau méthodologique (PIM), pendant quatre mois. Ce programme comporte des cours de langue et culture, mais aussi une mise à niveau en sciences de l’Ingénieur (dans la thématique choisie par l’étudiant) ainsi qu’une partie « technologique » (TP, travail en laboratoire, etc…), toujours liée à la thématique choisie.  

À l’issue de cette période de mise à niveau de six mois, ils rejoignant l’école qu’ils ont choisie, pour le deuxième semestre de M1 (quatrième année pour l’EPF). Ils suivent ensuite l’intégralité du M2 (cinquième année EPF) et sont diplômés.

Le programme n+i offre aussi aux étudiants un service d’accueil personnalisé (accueil aéroport, visites de Paris, couverture d’assurance pour les premiers mois…) ainsi qu’un transfert vers les différents lieux de formation (de l’accueil vers le centre de FLE, du centre de FLE vers le centre de mise à niveau, et du centre de mise à niveau vers l’école d’accueil).

Plus d’informations sur le site http://www.nplusi.com  

 

Au Québec avec BCI

 

L’EPF est membre du réseau BCI (Bureau de Coopération Interuniversitaire – anciennement CREPUQ). Cette organisation privée regroupe tous les établissements universitaires québécois. Appartenir à ce réseau permet d’envoyer chaque année de nombreux étudiants de quatrième année en mobilité d’échange dans des universités québécoises.

Plus d’informations https://echanges-etudiants.bci-qc.ca/  

 

Partout dans le monde avec EAIE

 

L’EPF participe activement à l’EAIE depuis de nombreuses années. Fondé en 1989, ce réseau met en relation des responsables de relations internationales du monde entier tout en offrant l’opportunité de se former ou d’être informés des évolutions du monde de l’éducation au niveau international.