Armand PACHOUD revient sur son Projet de Fin d’Etudes aux Etats-Unis | EPF Ecole d'ingénieurs

Armand PACHOUD revient sur son Projet de Fin d’Etudes aux Etats-Unis

Publié le 21/02/2020

Diplômé de la promotion 2019 en Majeure Aéronautique et Espace, Armand Pachoud a effectué son Projet de Fin d’Etudes aux Etats-Unis au sein de Dassault Falcon Jet à Little Rock. Aujourd’hui, il partage son aventure américaine.

La phase de recrutement et le départ pour Little Rock

La chance n’est-elle pas un paramètre pour avancer dans la vie ? Il s’est avéré qu’Armand avait une bonne étoile au-dessus de lui : "Ma chance a commencé quand j’ai envoyé un mail à celui qui allait devenir mon tuteur de stage, c’était un ancien élève de l’EPF qui travaillait chez Dassault Falcon Jet depuis quelques années. Il n’était pas directement à la recherche de quelqu’un mais un VIE venait de partir ce qui le laissait avec une charge de travail importante, il n’était pas contre un peu d’aide".

Après deux entretiens en anglais, Armand apprend qu’il obtient le poste lorsqu’il est en cours : il travaillera sur le lieu de l’assemblage final des avions de la famille Falcon. Le contre la montre commence pour préparer son départ : "Obtenir le visa dans un délai très court, je cours partout dans Paris pour les papiers et je passe de nombreuses heures à renseigner des informations personnelles sur des sites américains. Tout ceci en parallèle de la fin du semestre avec tout ce que cela implique en termes de charge de travail".
La chance continue d’être de son côté puisqu’il obtient son visa deux jours avant son départ et s’envole pour Atlanta.

La mission chez Dassault Falcon Jet

Passionné par l’aviation depuis son enfance, Armand n’avait qu’un rêve travailler dans la production afin d’être au plus proche des avions, il s’est réalisé en février dernier : "J’ai donc travaillé pendant 6 mois dans le département des Méthodes et Industrialisation et plus particulièrement dans le service de l‘industrialisation des systèmes optionnel. La mission de ce service consiste à développer les instructions techniques, moyens d'essais, outillages, formation afin de permettre l'installation des systèmes de complétion en chaine de production. A ce titre on y développe des bancs d'essais pour la configuration et les essais de certains systèmes. Il sert en quelque sorte d’'interface entre le bureau d'étude et la production".

Son rôle a été de développer les procédures et formations pour des outils en relation avec plusieurs facettes des avions : systèmes hydraulique, fibre optique, systèmes de sécurité, pertes d’insertion dans les câbles d’antenne et des câbles HDMI, isolation électrique des câbles etc.

L’expérience américaine

"L’ambiance générale est assez incroyable, que ce soit entre français et américains. Le niveau de vie n’a rien à voir avec la France. Les gens sont très gentils et disponibles pour accueillir les nouveaux arrivants et ils ont toujours essayé de les aider s’ils ont des interrogations" explique Armand.

Dassault est une entreprise française, le travail se fait aussi bien en français qu’en anglais ce qui a permis à Armand de progresser rapidement et de se sentir à l’aise pour échanger avec ses collègues.

Dès son arrivée, il a eu la chance de trouver une collocation avec deux autres stagiaires français également chez Dassault dont un autre peufien. À Little Rock, il existe un nombre important de résidences et les loyers sont raisonnables au vu du salaire. Il y avait beaucoup de stagiaires français ce qui lui a évité de se sentir trop dépaysé. Grâce ces rencontres, il a pu profiter de la culture américaine et de découvrir certaines villes aux alentours : Memphis, Dallas, La Nouvelle-Orléans, Nashville, Oklahoma, Houston etc.

Le retour d’expérience

Effectuer son stage à l’étranger nécessite d’être autonome, de prendre des risques et de les accepter. Il existe une véritable solidarité entre expatriés, il ne faut pas hésiter à les solliciter pour des trouver un logement ou juste leur demander conseil.
Partir à l’étranger c’est également beaucoup de démarches administratives, il ne faut pas en avoir peur, c’est compliqué mais cela en vaut la peine. Afin de faciliter les déplacements, il est conseillé d'avoir une voiture pendant toute la durée du stage, elle se vendra rapidement. En somme, il faut être bien préparé avant de partir pour éviter au maximum les mésaventures.

"Si un peufien trouve un stage là-bas, il ne doit pas hésiter une seconde,
il ne le regrettera pas
"

Après son Projet de Fin d’Etudes, Armand s’est vu proposé un Volontariat International en Entreprise (VIE) au poste qu’il occupait actuellement. Nous lui souhaitons donc une très bonne continuation et une belle carrière.