Comment financer ses études d’ingénieur ? | EPF Ecole d'ingénieurs

Comment financer ses études d’ingénieur ?

Publié le 09/03/2020

Pour bénéficier de formations en phase avec les attentes des entreprises et ouvertes à des profils diversifiés, de plus en plus de bacheliers choisissent de se former dans une école privée d’ingénieurs : les effectifs ont augmenté de 10% l’an passé dans les 53 écoles privées habilités par la CTI à délivrer le diplôme d’ingénieur. 28,5% des élèves ingénieurs français étudient dans une école privée. Pour la majorité d’entre eux, la question du financement des études reste au centre des préoccupations. Heureusement, de nombreuses solutions existent pour permettre de financer ses études d’ingénieurs et investir dans son avenir.

Les frais à prévoir

Dans la plupart des écoles d’ingénieurs privées, les droits de scolarité se situent autour de 8 000 € par année d’étude. S’y ajoutent la CVEC (Contribution de vie étudiante et de campus) dont le montant est fixé à 90€ par an et les frais de vie quotidienne (nourriture et logement si l’élève est loin du domicile familial, transports, loisirs, etc.), très variables d’une ville à l’autre.

En ce qui concerne les frais de scolarité, des facilités de paiement sont souvent proposées par les écoles pour échelonner leur règlement sur plusieurs mois. L’EPF propose ainsi aux familles de verser 2 500 € à l’inscription, puis 712,5€ par mois d'octobre 2019 à mai 2020 inclus pour régler les frais de la formation généraliste 2019-2020. Les apprentis sont eux exonérés des frais de scolarité qui sont pris en charge par l’entreprise d’accueil. En tant que salariés d’entreprise, ils perçoivent une rémunération qui varie en fonction de son âge et du niveau d’étude, entre 41% et 78% du SMIC.

Des prêts bancaires avantageux

Afin d’accompagner au mieux les familles, les écoles privées ont négocié des prêts bancaires avec certaines banques partenaires, à des conditions d’emprunts avantageuses pour leurs élèves (taux proche de 1%, garanties…). Le plus souvent, ces prêts sont remboursables à partir du moment où l’élève est diplômé et commence à travailler. Il est recommandé de consulter plusieurs banques et de ne pas hésiter à les mettre en concurrence. Avec un salaire débutant moyen de 35 600€/par an en moyenne, voire plus dans certaines écoles privées, et une insertion professionnelle très rapide pour les jeunes diplômés ingénieurs, l’investissement financier est généralement très vite amorti.

Des stages et missions rémunérées

Les périodes de stages peuvent contribuer au financement des études, notamment en 4ème année (4 mois minimum) et en 5ème année (6 mois minimum). Les élèves perçoivent 1 100 € brut par mois en moyenne. En 5ème année, les élèves peuvent bénéficier d’un contrat de professionnalisation. Comme les apprentis, ils perçoivent en tant que salarié une rémunération et l’entreprise finance tout ou partie de leur formation. Certaines associations étudiantes permettent également de réaliser des missions rémunérées, comme EPF Projets (Junior Entreprise), EPF Tutorat ou EPF Partage à l’EPF.

Des bourses et aides pour les élèves en situation financière difficile

En fonction de critères sociaux d’attribution, les élèves des établissements privés reconnus par le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation peuvent bénéficier d’une bourse d’Etat. La demande est à faire entre le 15/01 et le 30/05 par Internet sur son CROUS d’origine pour l’année scolaire suivante. Une aide au mérite peut s’ajouter pour les titulaires de la mention « Très bien » au bac. Certaines communes allouent également une bourse ou le « Revenu Minimum Étudiant » aux étudiants en situation de précarité.

Pour compléter ces aides publiques, certaines écoles d’ingénieurs proposent des bourses et des prêts d’honneur, sous condition de ressource et/ou de mérite. L’EPF propose ainsi des bourses de la Fondation EPF aux élèves en difficultés passagères, à partir de la 2ème année pour les exonérer partiellement ou totalement des frais de scolarité. Une bourse « Marie-Louise PARIS » (du nom de la fondatrice de l’école) peut être attribuée à des étudiantes méritantes par leurs brillants résultats au concours d’entrée à l’EPF et au bac, et éligibles à une bourse du CROUS. Une bourse « Sophie MORINIERE » peut être allouée à une-e élève en situation de handicap et aux ressources limitées. Des prêts d’honneur peuvent être accordés sur critères sociaux et pédagogiques aux élèves de 5ème année, remboursables en 5 ans sans intérêts, après l’obtention du diplôme.

Des aides à la mobilité internationale

Pour favoriser l’ouverture internationale, des aides à la mobilité sont proposés par certaines communes et collectivités locales. Les bourses ERASMUS+ sont accordées pour les échanges universitaires dans les pays européens, sans condition de ressources. Les élèves de la formation franco-allemande EPF peuvent bénéficier d’une aide de l’UFA (Université Franco-Allemande). Il existe également des bourses octroyées par des fondations ou des organismes d'échanges, pour étudier au sein de l'Union européenne ou en-dehors de l'Europe et d'Erasmus+.