L’expérience d’un Projet de Fin d’Etudes à l’étranger en confinement | EPF Ecole d'ingénieurs

L’expérience d’un Projet de Fin d’Etudes à l’étranger en confinement

Publié le 20/04/2020

La crise sanitaire mondiale pousse un grand nombre de pays à fermer leurs frontières et à confiner leurs populations dans le but de limiter la propagation du virus. Au regard de cette situation, quelles sont les conditions de travail des étudiants en Projet de Fin d’Études à l’étranger. Émilie Giassis, Geoffrey Halter et Arthur Bureau partagent leurs expériences au Vietnam, Singapour et à Madagascar.

Émilie Giassis est étudiante en 5e année en Majeure Énergie & Environnement. Elle effectue actuellement son Projet de de Fin d’études (PFE) chez ARTELIA, une entreprise d’ingénierie indépendante, au Vietnam à Ho Chi Minh Ville. Elle travaille sur l'impact environnemental de deux lignes de transmission au Cambodge.

Quelle est la situation actuelle au Vietnam ?

« Le Vietnam est en confinement général seulement depuis le mercredi 1er avril. Les masques sont obligatoires pour toute sortie mais les conditions de confinement sont moins strictes qu'en France pour le moment. »

Quelles sont les conditions de travail ? Un rapatriement est-il envisagé ?

« Le télétravail a été mis en place, je suis en contact constant par Skype avec l’équipe qui travaille sur le même projet que moi. Cela fonctionne bien car nous ne sommes pas beaucoup sur ce même projet.
Je ne suis pas (encore) revenue car la situation semble mieux gérée au Vietnam qu'en Europe et, bien qu'en télétravail, je peux poursuivre mon stage normalement pour le moment

 

Geoffrey Halter est lui aussi en 5e année en Majeure Énergie & Environnement, il est actuellement à Singapour pour réaliser son PFE. Il travaille dans l’entreprise Bolloré Logistics. Il s’agit du pôle logistique de Bolloré Transports & Logistics, filiale du groupe Bolloré. Elle propose des services tels que le transport multimodal, le courtage de douane, la logistique, l’entreposage et la distribution, la gestion de la chaîne logistique, ainsi que les projets industriels.
La gestion de la crise sanitaire est gérée d’une toute autre manière à Singapour.

Quelle est la situation actuelle à Singapour ?

« Les sorties liées au travail sont encore possibles (RDV clients, meetings, entrepôts...) ainsi que certaines sorties liées aux loisirs, excepté les sorties dans les bars et nightclubs, qui sont fermés.
Cependant, les voyages hors de Singapour sont impossibles (à part pour rentrer en France). »

Quelles sont les conditions de travail ? Un rapatriement est-il envisagé ?

« Le télétravail a été mis depuis le lundi 6 avril, je travaille de chez moi le plus possible, mais ayant des réunions ou des visites, je reviens un ou deux jours par semaine aux entrepôts.
On privilégie au maximum les rendez-vous via Skype et j'essaie de planifier tous mes rendez-vous le même jour pour revenir le moins souvent possible.

Pour m’organiser au mieux, des rendez-vous téléphoniques sont prévus tous les jours avec ma Tutrice et ma collègue de travail.

J'ai eu la possibilité d’être rapatrié, mais en ce moment, il fait bon vivre à Singapour en comparaison des contraintes imposées en France. On peut encore aller au sport ou voir ses collègues le week-end pour aller à la piscine et boire un verre, le confinement est "plus léger" ici, et je maintiens ainsi mon Projet de Fin d’Études. »
 

Arthur Bureau, a intégré l’EPF en 4e année après l’obtention d’un DUT puis d’un Bachelor. Il a choisi  la Majeure Engineering & Management et réalise actuellement son Projet de fin d’études à Madagascar, à Maroantsetra.Il effectue son stage chez AerialMetric.En travaillant avec des ONG internationales, AerialMetric distribue des médicaments et des produits de santé, en utilisant des drones. AerialMetric conçoit, fabrique et exploite ses propres drones. Arthur doit mettre en place un outil informatique intégré (ERP), permettant de piloter les différents processus de fabrication et d’exploitation des drones.

Quelle est la situation actuelle à Madagascar ?

Aucun cas n’a, pour l’instant, été détecté à Maroantsetra (très peu de tests disponibles). Tous les vols internes ont été annulés, le risques de propagation est donc assez faible. Je ne suis pas en situation de confinement.

Quelles sont les conditions de travail ? Un rapatriement est-il envisagé ?

J’ai eu la possibilité d’être rapatrié mais j’ai choisi de rester sur place. Le nombre de contaminés et les risques de propagation sont faibles. Les risques étant finalement moins élevés ici qu'en France, j'ai souhaité poursuivre mon stage et mon expérience internationale !