Paroles d'élèves et alumni : Max PETETIN, « visiting scholar » à la prestigieuse Université Brown

Mis à jour le 14/10/2021
Image
max_petetin

Max PETETIN, élève-ingénieur en 4ème année poursuit son cursus d’ingénieur généraliste dans la majeure « Ingénierie & Santé ». Il inaugure le partenariat entre Brown et l’EPF en effectuant son stage dans cette prestigieuse université de la Ivy League. Il nous raconte son expérience

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Max Petetin, je suis un élève en 4ème année qui vient d’intégrer la filière « Ingénierie & Santé » à l’EPF. C’est dans le cadre de mon stage élève-ingénieur dans cette majeure que je suis le premier élève peufien à bénéficier du partenariat entre Brown University et l’EPF.

Dans quel cadre êtes-vous allé aux Etats-Unis et pour combien de temps ?

C’est dans le cadre de mon stage élève-ingénieur que je me suis rendu aux Etats-Unis durant ce semestre (de fin août à fin décembre). Un pays dans lequel je souhaitais fortement effectuer ce stage afin d’y perfectionner mon anglais professionnel, après avoir bien progressé en espagnol lors de mon stage engagement citoyen au Pérou l’année dernière.

Dans quelle université avez-vous fait votre stage et à quel poste ? Quelles sont les recherches sur lesquelles vous travaillez ?

communautaire de ce milieu que je ne soupçonnais pas aussi important (on travaille notamment sur notre projet avec une université coréenne). C’est en effet par le biais de collaborations, nationales comme internationales, mais surtout en se basant sur les travaux de recherches déjà existants appartenant à la communauté scientifique, qu’il est possible de faire avancer la recherche scientifique au niveau mondial et de ne jamais partir de zéro quand l’on commence un projet.

J’ai également découvert ici un milieu bien plus concret qu’il n’y paraît. Même si notre but n’est pas de créer un produit final et commercialisable destiné à des clients comme le font la plupart des entreprises, les laboratoires de recherche sont toujours conscients de la finalité de leurs travaux et de ce qu’ils peuvent apporter concrètement à la société comme le projet BrainGate le prouve parfaitement. N’ayant auparavant jamais souhaité travailler dans le domaine de la recherche, je dois reconnaître que le fait de bénéficier de telles conditions de travail avec un sujet aussi intéressant est doucement en train de me faire changer d’avis là-dessus, on verra bien pour la suite…